Balkis Productions Paris

...Etc...

Contact

Le Musée sans Bâtiment Pantin _MG_5106PANTIN 2018.jpg site

& Photographies IMG_9930

No Man’s Land Foundation NML LOGO IMG_5622

Balkis Productions Paris balkis productions004

…A Dog Republic. cho taik ho bredenne front page site

FID 2018 : anatopies

anatopies

Réalisation : Jean-Baptiste Decavèle

Synopsis :

Suite à une greffe du coeur, Ana est sujette à des troubles visuels qui modifient la perception qu’elle a du monde qui l’entoure. Tout se juxtapose en elle, tout se mêle. Ce qu’elle voit, ce qu’elle entend, c’est le monde alentour. Un monde sur lequel se juxtaposent graduellement les souvenirs que porte encore en lui le coeur étranger qui lui a été greffé et qui l’a fait vivre.

(Tatamkhulu Afrika)

I am looking back a long way now, will the circle close? Why does the city this morning, seem so much like that other city, its lines imposed upon its lines: The same slow sweep of waves, the same dust-haze; the same crumbling buildings sinking into the salt sea, the same sad unstoppable malaise: this garden I pause beside, its dahlias sun-dried, the nasturtiums neutered, a solitary palm-tree bending towards Siwa, begging its moisture, as little and as bitter as urine on the sand. Nothing dies: all that I thought long-dead is rising up again: the little house where first they slapped me into life, took off the tip of my manhood as religion demands, the red sand slipping into the blue Mediterranean, the smell of incense on the Khamsin wind, so much remembered, so many old lamps burning again; lamps whose wicks I thought had long since charred, and from the night beyond their light a face is floating bending over mine, its sweetness is effulgence, its fragrance is of flowers…

Je regarde loin derrière maintenant, le cercle va-t-il se refermer? Pourquoi la ville ressemble-t-elle ce matin tellement à cette autre ville, ses traits posés sur ses traits: le même lent balayage des vagues, la même poussière brumeuse, les mêmes batisses miteuses s’enfonçant dans l’eau salée, le même triste, interminable malaise: ce jardin où je m’arrête aux dahlias asséchés de soleil, les capucines décapitées, un palmier solitaire penchant vers Siwa, quêtant sa moiteur, aussi rare et amère que l’urine sur le sable. Rien ne meurt: tout ce que je pensais mort il y a longtemps réapparaît à nouveau:  la petite maison où d’abord ils m’ont giflé à la vie, enlevé le bout de ma masculinité comme la religion le dit, le sable rouge qui s’enlise dans la Méditerranée, l’odeur d’encens dans le vent de Khamsin, tellement ressouvenu, tellement de vielles lampes brûlant de nouveau; lampes dont les mêches me semblaient depuis longtemps calcinées, et dans la nuit par delà leur lueur, un visage flotte se penchant sur moi, sa douceur est rayonnement, sa fragrance est celle de fleurs…

 

ANATOPIE 031 SITE ok

 

Featuring : Elina Löwensohn, Patrick Pleutin, Mira Zaki Bjoernskau, with the participation of Michaël Lonsdale and Boris Belay..

With passages from : L’Intrus (Jean-Luc Nancy), Après-Coup, précédé du Ressassement Eternel (Maurice Blanchot), Siwa (Tatamkhulu Afrika), L’exemplaire (Boris Belay).

Camera operators : Jean-Baptiste Decavèle ( France, Germany, Turkey), Mohammad Mehdi Zafari ( Bamiyan Afghanistan) and Patrick Pleutin ( Bamiyan Afghanistan).

Film, images creation, editing : Jean-Baptiste Decavèle.

Sound operators : Boris Belay, Nicolas Gerber.

Sound track : Nicolas Gerber, Christophe Le Chevalier

Production : A dog’s dream production, La Licorne Sauvage Paris, 2018.

anatopies 30mn, bw/c, 2018.

Jean-Baptiste Decavèle all rights reserved.

 

Anatopie, des paysages SITE 380

 

Photographies : anatopie 1, anatopie 2, Jean-Baptiste Decavèle, 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 



Comments are closed.